All-Out War in Ukraine: NATO’s ‘Final Offensive’

By Prof. James Petras
Global Research, November 21, 2014
Region: Russia and FSU
Theme: US NATO War Agenda
In-depth Report: UKRAINE REPORT

 

nato-ukraineThere are clear signs that a major war is about to break out in Ukraine: A war actively promoted by the NATO regimes and supported by their allies and clients in Asia (Japan) and the Middle East (Saudi Arabia). The war over Ukraine will essentially run along the lines of a full-scale military offensive against the southeast Donbas region, targeting the breakaway ethnic Ukraine- Russian Peoples Republic of Donetsk and Lugansk, with the intention of deposing the democratically elected government, disarming the popular militias, killing the guerrilla resistance partisans and their mass base, dismantling the popular representative organizations and engaging in ethnic cleansing of millions of bilingual Ukraino-Russian citizens. NATO’s forthcoming military seizure of the Donbas region is a continuation and extension of its original violent putsch in Kiev, which overthrew an elected Ukrainian government in February 2014.

The Kiev junta and its newly ‘elected’ client rulers, and its NATO sponsors are intent on a major purge to consolidate the puppet Poroshenko’s dictatorial rule. The recent NATO-sponsored elections excluded several major political parties that had traditionally supported the country’s large ethnic minority populations, and was boycotted in the Donbas region. This sham election in Kiev set the tone for NATO’s next move toward converting Ukraine into one gigantic US multi-purpose military base aimed at the Russian heartland and into a neo-colony for German capital, supplying Berlin with grain and raw materials while serving as a captive market for German manufactured goods.

An intensifying war fever is sweeping the West; the consequences of this madness appear graver by the hour.

War Signs: The Propaganda and Sanctions Campaign, the G20 Summit and the Military Build Up

The official drum- beat for a widening conflict in Ukraine, spearheaded by the Kiev junta and its fascist militias, echoes in every Western mass media outlet, every day. Major mass media propaganda mills and government ‘spokesmen and women’ publish or announce new trumped-up accounts of growing Russian military threats to its neighbors and cross-border invasions into Ukraine. New Russian incursions are ‘reported’ from the Nordic borders and Baltic states to the Caucuses. The Swedish regime creates a new level of hysteria over a mysterious “Russian” submarine off the coast of Stockholm, which it never identifies or locates – let alone confirms the ‘sighting’. Estonia and Latvia claim Russian warplanes violated their air space without confirmation. Poland expels Russian “spies” without proof or witnesses. Provocative full-scale joint NATO-client state military exercises are taking place along Russia’s frontiers in the Baltic States, Poland, Romania and Ukraine.

NATO is sending vast arms shipments to the Kiev junta, along with “Special Forces” advisers and counter-insurgency experts in anticipation of a full-scale attack against the rebels in the Donbas.

The Kiev regime has never abided by the Minsk cease fire. According to the UN Human Rights office 13 people on average –mostly civilians –have been killed each day since the September cease fire. In eight weeks, the UN reports that 957 people have killed –overwhelmingly by Kiev’s armed forces.

The Kiev regime, in turn, has cut all basic social and public services to the Peoples’ Republics’, including electricity, fuel, civil service salaries, pensions, medical supplies, salaries for teachers and medical workers, municipal workers wages; banking and transport have been blockaded.

The strategy is to further strangle the economy, destroy the infrastructure, force an even greater mass exodus of destitute refugees from the densely populated cities across the border into Russia and then to launch massive air, missile, artillery and ground assaults on urban centers as well as rebel bases.

The Kiev junta has launched an all-out military mobilization in the Western regions, accompanied by rabid anti-Russian, anti-Eastern Orthodox indoctrination campaigns designed to attract the most violent far right chauvinist thugs and to incorporate the Nazi-style military brigades into the frontline shock troops. The cynical use of irregular fascist militias will ‘free’ NATO and Germany from any responsibility for the inevitable terror and atrocities in their campaign. This system of ‘plausible deniability’ mirrors the tactics of the German Nazis whose hordes of fascist Ukrainians and Ustashi Croats were notorious in their epoch of ethnic cleansing.

G20-plus-NATO: Support of the Kiev Blitz

To isolate and weaken resistance in the Donbas and guarantee the victory of the impending Kiev blitz, the EU and the US are intensifying their economic, military and diplomatic pressure on Russia to abandon the nascent peoples’ democracy in the south-east region of Ukraine, their principle ally.

Each and every escalation of economic sanctions against Russia is designed to weaken the capacity of the Donbas resistance fighters to defend their homes, towns and cities. Each and every Russian shipment of essential medical supplies and food to the besieged population evokes a new and more hysterical outburst – because it counters Kiev-NATO strategy of starving the partisans and their mass base into submission or provoking their flight to safety across the Russian border.

After suffering a series of defeats, the Kiev regime and its NATO strategists decided to sign a ‘peace protocol’, the so-called Minsk agreement, to halt the advance of the Donbas resistance into the southern regions and to protect its Kiev’s soldiers and militias holed-up in isolated pockets in the East. The Minsk agreement was designed to allow the Kiev junta to build up its military, re-organize its command and incorporate the disparate Nazi militias into its overall military forces in preparation for a ‘final offensive’. Kiev’s military build-up on the inside and NATO’s escalation of sanctions against Russia on the outside would be two sides of the same strategy: the success of a frontal attack on the democratic resistance of the Donbas basin depends on minimizing Russian military support through international sanctions.

NATO’s virulent hostility to Russian President Putin was on full display at the G20 meeting in Australia: NATO-linked presidents and prime ministers, especially Merkel, Obama, Cameron, Abbott, and Harper’s political threats and overt personal insults paralleled Kiev’s growing starvation blockade of the besieged rebels and population centers in the south-east. Both the G20’s economic threats against Russia and the diplomatic isolation of Putin and Kiev’s economic blockade are preludes to NATO’s Final Solution – the physical annihilation of all vestiges of Donbas resistance, popular democracy and cultural-economic ties with Russia.

Kiev depends on its NATO mentors to impose a new round of severe sanctions against Russia, especially if its planned invasion encounters a well armed and robust mass resistance bolstered by Russian support. NATO is counting on Kiev’s restored and newly supplied military capacity to effectively destroy the southeast centers of resistance.

NATO has decided on an ‘all-or-nothing campaign’: to seize all of Ukraine or, failing that, destroy the restive southeast, obliterate its population and productive capacity and engage in an all-out economic (and possibly shooting) war with Russia. Chancellor Angela Merkel is on board with this plan despite the complaints of German industrialists over their huge loss of export sales to Russia. President Hollande of France has signed on dismissing the complaints of trade unionists over the loss of thousands French jobs in the shipyards. Prime Minister David Cameron is eager for an economic war against Moscow, suggesting the bankers of the City of London find new channels to launder the illicit earnings of Russian oligarchs.

The Russian Response

Russian diplomats are desperate to find a compromise, which allows Ukraine’s ethnic Ukraine- Russian population in the southeast to retain some autonomy under a federation plan and regain influence within the ‘new’ post-putsch Ukraine. Russian military strategists have provided logistical and military aid to the resistance in order to avoid a repeat of the Odessa massacre of ethnic Russians by Ukrainian fascists on a massive scale. Above all, Russia cannot afford to have NATO-Nazi-Kiev military bases along its southern ‘underbelly’, imposing a blockade of the Crimea and forcing a mass exodus of ethnic Russians from the Donbas. Under Putin, the Russian government has tried to propose compromises allowing Western economic supremacy over Ukraine but without NATO military expansion and absorption by Kiev.

That policy of conciliation has repeatedly failed.

The democratically elected ‘compromise regime’ in Kiev was overthrown in February 2014 in a violent putsch, which installed a pro-NATO junta.

Kiev violated the Minsk agreement with impunity and encouragement from the NATO powers and Germany.

The recent G20 meeting in Australia featured a rabble-rousing chorus against President Putin. The crucial four-hour private meeting between Putin and Merkel turned into a fiasco when Germany parroted the NATO chorus.

Putin finally responded by expanding Russia’s air and ground troop preparedness along its borders while accelerating Moscow’s economic pivot to Asia.

Most important, President Putin has announced that Russia cannot stand by and allow the massacre of a whole people in the Donbas region.

Is Poroshenko’s forthcoming blitz against the people of southeast Ukraine designed to provoke a Russian response – to the humanitarian crisis? Will Russia confront the NATO-directed Kiev offensive and risk a total break with the West?
James Petras latest book is THE POLITICS OF IMPERIALISM:THE US, ISRAEL AND THE MIDDLE EAST (CLARITY PRESS:ATLANTA)

Disclaimer: The contents of this article are of sole responsibility of the author(s). Unruly Hearts will not be responsible for any inaccurate or incorrect statement in this article.

Kooperation statt Konfrontation: Wie die Syriza-Regierung der Troika hilft, das Spekulationskarussell in Gang zu halten

 

 
 
greece-euro-crisis-400x300Am 25. Januar brachten die Wahlen in Griechenland das Bündnis Syriza an die Macht. Trotz seines Sieges werden die Geschicke des Landes seitdem nicht von Athen, sondern weiterhin von Washington, Berlin und Brüssel aus gesteuert. Und nicht nur das: Die seit 2010 andauernde Zwangsverwaltung Griechenlands durch die Troika aus IWF, EZB und EU-Kommission ist sogar noch verschärft worden.

Nachdem der IWF bereits im Dezember 2014 seine Zahlungen an Griechenland ausgesetzt hatte, zog die EZB im Februar 2015 nach. Sie akzeptiert seitdem keine griechischen Staatsanleihen und keine vom griechischen Staat garantierten Banken-Bonds als Sicherheiten mehr. Zudem droht die EU-Kommission dem Land immer wieder mit dem Rauswurf aus der Eurozone.

All diese Maßnahmen zielten von Anfang an darauf ab, die neue Regierung unter Druck zu setzen, die arbeitende Bevölkerung einzuschüchtern und einen Keil zwischen beide zu treiben. Dass dies bisher weitgehend geglückt ist, liegt allerdings nicht nur an der Härte der Troika, sondern auch an der Politik der Syriza-Regierung.

Ungeachtet ihrer Zusage, die Austeritätspolitik zu beenden, haben Premier Tsipras und sein Finanzminister Varoufakis seit ihrer Wahl nicht etwa auf Konfrontation, sondern auf Kooperation mit Griechenlands Zwangsverwaltern gesetzt. Allen markigen Sprüchen vor der Wahl zum Trotz verfolgen sie seit dem 25. Januar eine doppelte Strategie: Während sie den Menschen in Griechenland weiterhin Versprechen machen (die sie nicht einhalten werden), zeigen sie der Troika gegenüber Unterwürfigkeit (ohne deren Forderungen erfüllen zu können).

Das Ergebnis: Die Troika weicht keinen Millimeter von ihrer bisherigen Linie ab. Sie besteht mit kompromissloser Härte darauf, dass die arbeitende Bevölkerung und die Armen auch weiterhin für die durch Banker und Politiker angerichteten Schäden aufkommt. Aus ihrer Warte betrachtet, ist dieser Kurs sogar folgerichtig, denn der Degenerationsprozess des Weltfinanzsystems hat inzwischen ein Stadium erreicht, in dem Reformen in einzelnen Bereichen zwangsläufig die Gefahr eines Einsturzes des ganzen Gebäudes mit sich bringen.

Seit 2008 wird versucht, die durch die Bankenrettung entstandenen Löcher in den Staatshaushalten zu stopfen, indem zum einen die arbeitende Bevölkerung mittels Austeritätsprogrammen zur Kasse gebeten wird und zum anderen Unmengen an Geld gedruckt und der Finanzindustrie zu Nahe-Null-Zinsen zur Verfügung gestellt werden – angeblich, um die stagnierende Wirtschaft wieder in Gang zu bringen. Statt dieses Geld aber in Form von Investitionskrediten zu vergeben, wird es von den Finanzinstitutionen zur Spekulation an den Aktien-, Anleihe- und Währungsmärkten benutzt. Die Folge sind riesige Blasen am Anleihenmarkt, an den Aktienbörsen und im Immobiliensektor.

Das einzige Mittel, um diese Blasen nicht platzen zu lassen, besteht darin, das sich immer schneller drehende Spekulations-Karussell auf Biegen und Brechen in Gang zu halten. Dass das in Griechenland bisher gelungen ist, lässt sich vor allem der Doppelstrategie der Syriza-Regierung zuschreiben: Sie hatte bei der Wahl im Januar nur deshalb so viele Stimmen auf sich vereinigen können, weil sie den Menschen ein radikales Ende der Austeritätspolitik versprach. Die vielen Solidaritätsbekundungen vom Rest des Kontinents zeigten, wieviel Hoffnung die Menschen auch in anderen Ländern in Syriza setzten.

Doch schon wenige Tage nach der Wahl wurden die hohen Erwartungen zum ersten Mal gedämpft. Dass Syriza eine Koalition mit den rassistischen rechtspopulistischen Unabhängigen Griechen einging, stieß weitgehend auf Unverständnis. Die danach von ihren führenden Funktionären ständig wiederholten Bekundungen, man wolle mit der Troika kooperieren und sämtliche durch Spekulation entstandenen Schulden Cent für Cent zurückzahlen, sowie das Herausschieben der Verwirklichung ihrer Wahlversprechen kostete weitere Sympathien.

Dass die Syriza-Regierung inzwischen aber in die Kassen der Rentenversicherung, der Krankenkassen und öffentlicher Betriebe, darunter sogar Hospitäler und Schulen, greift, um Kredite an die Verursacher der griechischen Notlage zurückzuzahlen, dass sie Steuern erhöht, hohe Rüstungsausgaben duldet, Bargeldzahlungen einschränkt und selbst einen weiteren Sozialabbau entgegen ihren Wahlversprechen nicht mehr ausschließt, hat nicht nur viele Anhänger der Bewegung in Griechenland schockiert, sondern auch zu einer Welle der Ernüchterung im Ausland geführt. Man erinnere sich nur daran, mit welchen Vorschusslorbeeren Syriza Ende Januar von Podemos in Spanien begrüßt wurde und wie deren Führung den Beginn „einer neuen Epoche“ in Europa ausrief. All das ist inzwischen Schnee von gestern.

Die Syriza-Politik der vergangenen Monate lässt sich in drei aufeinanderfolgende Phasen unterteilen: Zunächst hat das Bündnis sich mit falschen Versprechen an die Spitze des Widerstandes gegen die Austeritätspolitik gesetzt. Dann hat es die Menschen durch seinen Zickzack-Kurs und in sich widersprüchliche politische Aussagen verwirrt und verunsichert. In der dritten Phase arbeitet es immer unverhohlener mit der Troika zusammen, plant bereits die Durchsetzung von Arbeitsmarktreformen, diskutiert Rentenkürzungen und eine Senkung des Mindestlohnes und hat mit der Privatisierung von Staatsbetrieben begonnen. Ideologisch verbrämt wird dieser politische Offenbarungseid mit der Begründung, man habe ja Widerstand leisten wollen, sei aber an der Härte der Gegenseite gescheitert.

Dass Syriza sich im Verlaufe der vergangenen dreieinhalb Monate vom vermeintlichen Gegner zum Instrument und zum Helfershelfer der Troika entpuppt hat, hat auch dem Widerstand gegen die Sparpolitik in anderen europäischen Ländern empfindlich geschadet. Die Hoffnung der spanischen Bevölkerung, dass mit Podemos im Schlagschatten von Syriza ein neuer Wind in Europa wehen könnte, ist weitgehend verpufft. Es ist kaum noch damit zu rechnen, dass die Wahlen im Herbst zu dem bis vor kurzem vorausgesagten Triumph der Podemos-Bewegung führen werden.

Bei aller Ernüchterung lässt sich aber auch feststellen, dass Syriza durch die Enthüllung ihres wahren Charakters einen entscheidenden Beitrag zu einem extrem wichtigen politischen Klärungsprozess in Europa geleistet hat: Es war noch nie so offensichtlich, dass Appelle an das menschliche Gewissen von Troika-Technokraten vollkommen sinnlos sind und dass eine menschenwürdige Zukunft des Kontinents nicht durch Kooperation mit der Troika, sondern einzig und allein durch die Konfrontation und den entschlossenen Kampf gegen das Bündnis aus EU, EZB und IWF möglich ist.

Disclaimer: The contents of this article are of sole responsibility of the author(s). Unruly Hearts will not be responsible for any inaccurate or incorrect statement in this article.

Les mensonges de l’Empire: Comment lutter contre la propagande occidentale

Par Andre Vltchek
Mondialisation.ca, 26 mai 2015
Région : États-Unis
Thème: Désinformation médiatique

 

US_empire_cartoon-war-400x381«…Lorsqu’une maison est attaquée par des brigands, qu’un village est envahi par des gangsters, que de la fumée, des flammes et des cris sortent de partout, pouvons-nous nous permettre le luxe de prendre le temps de calculer, d’analyser et de rechercher des solutions logiques, éthiques, globales et objectives complètes?»

D’abord, ils commencent par fabriquer des mensonges monstrueux puis nous disent d’être objectifs!

L’amour est-il objectif? La passion est-elle objective?

Les rêves sont-ils défendables, logiquement et philosophiquement?

Lorsqu’une maison est attaquée par des brigands, qu’un village est envahi par des gangsters, que de la fumée, des flammes et des cris sortent de partout, pouvons-nous nous permettre le luxe de prendre le temps de calculer, d’analyser et de rechercher des solutions logiques, éthiques, globales et objectives complètes?

Je suis fermement convaincu que non. Nous sommes obligés de nous battre contre ceux qui incendient nos maisons, de frapper avec force ceux qui tentent de violer nos femmes, et de répondre au feu par le feu à chaque fois que des innocents sont massacrés.

Lorsque la force la plus puissante et la plus destructrice du globe mobilise tout son pouvoir de persuasion, faisant flèche de tout bois, depuis les grands médias jusqu’aux institutions pédagogiques, pour justifier ses crimes, lorsqu’elle répand sa propagande empoisonnée et ses mensonges pour opprimer le monde et anéantir tout espoir, est-ce que nous prenons du recul? Est-ce que nous nous lançons dans un travail incessant et approfondi sur des récits précis et objectifs? Est-ce que nous opposons au mensonge et à la propagande notre propre version des faits, renforcée par notre intuition, notre passion et nos rêves d’un monde meilleur?

***

L’Empire ment continuellement. Il ment le matin, pendant la journée, le soir et même la nuit, quand la plupart des gens dorment profondément. Il le fait depuis des décennies et même des siècles. Pour les tromperies à grande échelle, il s’en remet à d’innombrables propagandistes, qui se présentent comme universitaires, enseignants, journalistes et intellectuels. En matière de désinformation, on a atteint la perfection. La publicité occidentale (si admirée et exploitée par les nazis allemands) a certaines racines communes avec la propagande, bien que celle-ci soit plus ancienne et plus achevée.

Il semble que même certains dirigeants de l’Empire en soient aujourd’hui arrivés à croire à la plupart de leurs inventions – sans parler de la plupart des citoyens ordinaires. Sinon, comment parviendraient-ils à dormir ?

L’appareil de propagande occidental est extrêmement efficace. Il est également brillant dans sa manière de veiller à ce que ses inventions soient transmises, diffusées et acceptées aux quatre coins du monde. Le système par lequel la désinformation se répand est incroyablement complexe. Sur tous les continents, des médias et des universitaires serviles usent de tout leur pouvoir pour garantir qu’une seule version des faits soit autorisée à pénétrer le cerveau de milliards d’individus.

Résultat : lâcheté intellectuelle et ignorance, partout dans le monde, mais en particulier en Occident et dans ses États vassaux.

***

Nous, les opposants au régime, que sommes-nous censés faire?

Premièrement, les choses sont moins désespérées qu’elles ne l’ont été.

Nous ne sommes plus dans le monde unipolaire morbide du début des années 1990. Aujourd’hui, le Venezuela, la Russie, la Chine et l’Iran soutiennent de puissants médias opposés à l’Empire. De puissantes chaînes de télévision ont vu le jour : RT, Press TV, TeleSUR et CCTV. D’énormes magazines en ligne et sites en anglais, aux États-Unis, au Canada et en Russie révèlent également les mensonges des agents de propagande officiels de l’Occident. Des noms tels que Counterpunch, Information Clearing House, Global Research, Veterans News, Strategic Culture ou New Eastern Outlookviennent aussitôt à l’esprit. En outre, des centaines de sites importants font de même en espagnol, en chinois, en russe, en portugais et en français.

La lutte pour un monde intellectuellement multipolaire est engagée. C’est une lutte acharnée et sans merci! C’est une bataille décisive, tout simplement parce que les métastases du cancer de la propagande occidentale se sont répandues partout. Elles ont contaminé tous les continents, et même certains des pays et des cerveaux les plus courageux en lutte contre l’impérialisme et le fascisme occidentaux. Personne n’est à l’abri. Franchement, nous sommes tous contaminés.

Faute de remporter cette bataille, en commençant par identifier et prouver clairement que leur discours est mensonger puis en proposant une vision humaniste empreinte de compassion, nous ne pouvons même pas rêver d’une révolution ni de tout autre changement notable de l’état du monde.

***

Comment remporter la victoire? Comment convaincre les masses, les milliards d’individus qui constituent l’humanité? Comment leur ouvrir les yeux et leur montrer que le régime occidental est malhonnête, vicié et destructeur? La majeure partie de l’humanité est accro à la propagande de l’Empire. Cette propagande n’est pas seulement le fait des médias mainstream, mais également de la musique populaire, des feuilletons télévisés, des réseaux sociaux, de la publicité, du consumérisme, des tendances de la mode et de tout autre moyen dissimulé. Elle revêt aussi les habits d’une soupe culturelle, religieuse et médiatique qui conduit à la stupeur émotionnelle et intellectuelle. À l’instar d’une drogue hautement addictive, elle est administrée régulièrement et avec persistance.

Sommes-nous en mesure de contrer la tactique et la stratégie de cet Empire brutal et destructeur par notre honnêteté, la recherche, le compte rendu d’enquêtes méticuleuses sur les faits?

L’Empire pervertit les faits. Il ne cesse de répéter ses mensonges dans les haut-parleurs et sur les écrans. Il les clame des milliers et des milliers de fois, jusqu’à ce qu’elles envahissent les cerveaux et jusqu’au plus profond du subconscient.

Bonne volonté, honnêteté naïve, asséner la vérité au pouvoir : tout cela peut-il changer la face du monde et le pouvoir lui-même? J’en doute fort.

L’Empire et son pouvoir sont illégitimes et criminels. À quoi sert la franchise avec un gangster? Franchement? C’est aux peuples, aux masses qu’il faut dire la vérité, pas à ceux qui terrorisent le monde.

En adressant la parole aux méchants, en les suppliant d’arrêter de torturer les autres, nous ne faisons que légitimer leurs crimes et reconnaître leur pouvoir. En essayant d’apaiser les gangsters, les gens se mettent à leur merci.

Et cela, je le refuse absolument!

***

Pour emporter l’adhésion de milliards d’individus, nous devons les inspirer, les enflammer. Nous devons les provoquer, les embrasser, leur faire honte, les faire rire et les faire pleurer. Nous devons veiller à ce qu’ils aient la chair de poule lorsqu’ils regardent nos films, lisent nos livres et nos essais, ou lorsqu’ils écoutent nos discours.

Nous devons les désintoxiquer, leur faire retrouver l’usage des sens et réveiller leurs instincts.

La vérité nue est inopérante. Le poison instillé par nos adversaires s’est enfoncé trop profondément. La plupart des gens sont trop léthargiques et insensibles aux vérités simples, énoncées tranquillement.

Nous avons essayé. D’autres aussi ont essayé. Une de mes connaissances (mais certainement pas un camarade), John Perkins, ancien apparatchik US formé par le Département d’État, a rédigé un long compte rendu de ses actes épouvantables en Équateur, en Indonésie et ailleurs, Les confessions d’un assassin financier. Il s’agit d’un compte rendu méticuleux de la manière dont l’Occident déstabilise les pays pauvres par la corruption, l’argent, l’alcool et le sexe. Ce livre s’est vendu à des millions d’exemplaires dans le monde. Pourtant, rien n’a changé! Il n’a pas déclenché de révolution populaire aux États-Unis. On n’a assisté à aucune protestation, à aucune demande de changement de régime à Washington.

Dernièrement, j’ai publié deux ouvrages académiques, ou du moins semi-académiques, truffés de détails, de citations et de notes de bas de page : l’un traitait de l’Indonésie, l’un des pays utilisés par l’Occident comme modèle pour effrayer le reste du monde après le coup d’État militaire appuyé par les États-Unis en 1965. Ce coup d’État a fait 2 à 3 millions de victimes. La vie intellectuelle a été assassinée, et le quatrième pays le plus peuplé du monde a été lobotomisé. Cet ouvrage est intitulé Indonesia – Archipelago of Fear (Indonésie – L’archipel de la peur). Le second, unique en son genre car il traite d’une très grande partie du monde, à savoir la Polynésie, la Mélanésie et la Micronésie Oceania – Neocolonialism, Nukes and Bones – (Océanie – Néocolonialisme, bombes nucléaires et ossements), montre comment les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la France ont littéralement divisé et détruit les cultures et les peuples des îles du Pacifique Sud. Aujourd’hui, mes livres sont utilisés dans l’enseignement, mais le nombre de gens influencés par les faits exposés est très limité. Les élites d’Indonésie et d’Océanie ont veillé à ce que ces livres ne soient pas lus par un grand nombre de gens.

J’ai passé de nombreuses années à faire des recherches, enquêter et compiler les faits. L’efficacité révolutionnaire de mon travail universitaire est, je dois bien l’admettre, quasiment nulle.

Ce n’est pas difficile à constater : lorsque j’écris un essai, bien construit et émouvant, qui exige que justice soit rendue, qui accuse l’Empire de meurtre et de vol, il est lu par des millions de gens sur tous les continents et traduit dans des dizaines de langues !

Pourquoi est-ce que j’écris cela, pourquoi partager cela avec mes lecteurs? Parce que nous devons tous être réalistes. Nous devons voir et comprendre ce que les gens veulent – ce qu’ils exigent. Ils sont malheureux et terrifiés. La plupart ne savent même pas pourquoi. Ils détestent le système, ils sont seuls, frustrés ; ils savent qu’on leur ment et qu’on les exploite. Pourtant, ils ne parviennent pas à cerner ces mensonges. Quant aux ouvrages universitaires qui en font état, ils sont trop complexes. La plupart des gens n’ont pas le temps de lire des milliers de pages indigestes ou n’ont pas reçu une instruction suffisante pour comprendre ce qu’ils lisent.

Notre devoir est donc de nous adresser à ces gens, qui représentent la majorité. Sinon, quel genre de révolutionnaires sommes-nous? Après tout, nous sommes censés créer pour nos frères et sœurs, pas pour une poignée de chercheurs universitaires, surtout quand on sait que la plupart des universités sont au service de l’Empire, qu’elles ne font que régurgiter une nomenclature officielle et des démagogues aux ordres.

***

L’Empire parle, écrit puis répète à l’envi des mensonges éhontés sur ses bienfaits et le caractère exceptionnel de son régime, ou bien sur les maux que représentent l’Union soviétique, la Chine, l’Iran, le Venezuela, la Corée du Nord ou Cuba. Il le fait quotidiennement. Tout est fait pour que quasiment chaque être humain ait sa dose de toxine au moins plusieurs fois par jour.

Nous estimons devoir réagir. Alors, nous commençons à passer plusieurs années de notre vie à prouver méticuleusement, pas à pas, que la propagande de l’Empire est soit un énorme mensonge, soit de l’exagération, soit les deux. Au fur et à mesure que nous compilons nos arguments, nous publions les résultats chez un petit éditeur quelconque, le plus souvent sous la forme d’un petit livre peu épais. Cependant, presque personne ne le lit à cause de sa diffusion restreinte, parce que les faits constatés sont généralement trop complexes et difficiles à digérer, ou simplement parce que les faits en question ne choquent plus personne [ou parce que les gens ne peuvent pas les entendre, NdT]. Un millions d’innocents de plus assassinés quelque part en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie? Et à part ça, quoi de neuf?

En effectuant un travail de recherche honnête et approfondi, en disant la vérité sans fard, nous estimons faire un excellent travail professionnel et scientifique. Et pendant ce temps-là, les agents de propagande de l’Empire sont morts de rire en nous regardant! Nous ne représentons guère de danger pour eux. Ils n’ont aucune difficulté à l’emporter!

Pourquoi cela? La vérité dans tous ses détails n’a donc aucune importance?

Si, elle en a, au moins du point de vue de principes supérieurs. C’est important sur le plan de l’éthique. C’est important sur le plan moral. C’est important sur le plan philosophique.

C’est cependant moins important sur le plan stratégique, car nous sommes engagés dans une guerre idéologique. La vérité, elle, conserve toute son importance quoi qu’il advienne. Cependant, ce doit être une vérité simplifiée, digeste, présentée avec une forte charge émotionnelle.

Lorsque la perte des repères moraux s’empare du monde, sans la moindre pitié, lorsque des millions d’innocents meurent, ce qui compte, c’est d’abord d’arrêter le massacre en identifiant les meurtriers puis en les arrêtant.

Le langage doit être fort, les émotions, brutes.

Face à des hordes meurtrières, la poésie, les chansons chargées d’émotions et les hymnes patriotiques ont toujours été plus efficaces que les études universitaires approfondies. Il en va de même avec les romans et les films politiques, les documentaires passionnés, et même les dessins animés et les affiches provocateurs.

Certains ne manqueront pas de poser la question suivante : «Mais alors, s’ils mentent, devons-nous mentir aussi?» Non! Nous devons au contraire rester le plus fidèles possible à la vérité. Toutefois, il convient d’abréger notre message, afin qu’il soit compris des masses et non d’une élite triée sur le volet.

Cela n’implique pas pour autant que la qualité de notre travail doive en pâtir. Il est souvent plus difficile d’atteindre la simplicité que de rédiger des travaux encyclopédiques comportant des milliers de notes de bas de page.

L’ouvrage de Sun Tsu, L’art de la guerre, est court. Ce n’est guère plus qu’un pamphlet qui va directement à l’essentiel. On peut en dire autant du Manifeste du parti communiste et de l’article J’accuse!

Il n’est pas impératif que notre travail révolutionnaire soit bref, mais il doit être présenté sous une forme compréhensible par le plus grand nombre. Je fais constamment de nouvelles expériences sur la forme, mais sans jamais sacrifier le fond. Le livre Exposing Lies of the Empire que j’ai publié dernièrement comporte plus de 800 pages. J’ai toutefois veillé à ce qu’il soit truffé de témoignages captivants, d’individus habitant les quatre coins du monde, et de descriptions très vivantes à la fois des victimes et des tyrans. Je ne tiens pas à ce que la poussière s’accumule sur mes livres dans des bibliothèques universitaires. Je veux faire bouger les gens.

***

Je suis fermement convaincu qu’il n’est pas impératif de perdre du temps avec l’objectivité dans une bataille, idéologique ou autre, quand l’enjeu est la survie de l’humanité.

Les mensonges de l’ennemi doivent être dévoilés. Ce sont des mensonges monstrueusement toxiques.

Lorsque la destruction prendra fin, que des millions d’hommes, de femmes et d’enfants innocents cesseront d’être sacrifiés, nous pourrons toujours revenir à nos chers concepts philosophiques complexes pour nous immerger dans les détails et les nuances.

Avant de remporter la bataille finale sur l’impérialisme, le nihilisme, le fascisme, l’exceptionnalisme, l’égoïsme et l’avidité, nous devons employer nos armes les plus puissantes : notre vision d’un monde meilleur, notre amour pour l’humanité et notre soif de justice. Notre détermination et nos convictions doivent être présentées de manière forte, même dogmatique ; notre discours doit être imaginatif, artistique, puissant!

Camarades, il y a le feu! Toute la ville est en flammes. Toute la planète est pillée, dévastée, lobotomisée.

Ce n’est pas avec des armes nucléaires et des navires de guerre que nous pouvons affronter les fanatiques. En revanche, notre talent, nos muses et nos cœurs sont là, prêts à se lancer dans la bataille.

Soyons plus malins que nos ennemis et faisons en sorte que le monde entier se moque d’eux! Vous les avez vus, ces losers patriotes, ces bouffons de PDG? Vous les avez écoutés, ces premiers ministres et ces présidents, ces valets du marché? Laissez-nous convaincre les masses que leurs tyrans – les impérialistes, les néo-colonialistes et tous leurs prédicateurs dogmatiques – ne sont rien d’autres que de pitoyables guignols, avides et toxiques. Discréditons-les. Ridiculisons-les.

Ils spolient et tuent des millions de gens. Le moment est venu au moins de leur pisser dessus!

Pour lutter contre la propagande occidentale, commençons par révéler qui est derrière elle. Le moment est venu de livrer des noms.

Faisons de cette révolution un événement plein d’imagination et de rigolade!

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que le ou les auteurs. Unruly Hearts se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.