Quand la Grèce maîtrise mieux les règles du FMI que le FMI lui-même

AFP Publié le jeudi 02 juillet 2015 à 08h27 – Mis à jour le jeudi 02 juillet 2015 à 10h36

5594da1f3570e4598cb01bfe
Madame FMI

C’est un mystère que le FMI n’a pas réussi à percer: dans sa tentative désespérée d’éviter un défaut de paiement, la Grèce a su dénicher dans les textes du Fonds des clauses dont l’institution elle-même avait oublié l’existence.

Ces astuces de dernière minute n’ont pas empêché la Grèce de faire défaut mardi sur sa dette vis-à-vis du Fonds mais elles montrent qu’Athènes scrute avec soin une institution qu’elle honnit et accuse de “comportements criminels”.

Le premier coup d’éclat grec s’est noué début juin: à court de liquidités, Athènes doit alors rembourser quelque 300 millions d’euros et entretient le flou sur sa volonté et sa capacité à le faire.

A la veille de la date-limite, fixée au 5 juin, la directrice générale du FMI Christine Lagarde se dit pourtant “confiante” que la Grèce va payer en temps et en heure.

Mais quelques instants plus tard, coup de théâtre: la Grèce fait jouer une clause lui permettant de regrouper les quatre paiements attendus en juin et d’obtenir un sursis jusqu’à la fin du mois, sans même que le FMI n’ait à donner son feu vert.

L’effet de surprise est total. De hauts responsables du Fonds confessent en privé n’avoir jamais entendu parler de cet obscur mécanisme qui n’a été utilisé qu’une seule fois, au milieu des années 1980 par la Zambie, pour réduire les coûts des transactions.

Un scénario à peu près similaire s’est rejoué mardi. La Grèce n’a alors plus que quelques heures pour rembourser 1,5 milliard d’euros au FMI, qui répète inlassablement qu’aucun délai de paiement n’est envisageable. Mi-juin, Mme Lagarde avait elle-même clamé qu’il n’y aurait “pas de période de grâce”.

La Grèce ne l’entend pas de cette oreille et, à quelques heures de la fin du délai, fait à nouveau preuve de sa fine connaissance des règles du Fonds: Athènes va ainsi faire jouer une clause de la charte fondatrice du FMI -la provision G, section 7, article 5- qui permet à un pays de demander le report d’un remboursement pour échapper à “une épreuve exceptionnelle”.

Là encore, la demande grecque prend par surprise les hautes sphères du FMI. Cette clause totalement méconnue n’a été utilisée qu’à deux reprises dans l’histoire du FMI, les deux fois en 1982, par le Nicaragua et le Guyana.

La requête n’a pour l’heure pas été approuvée par le FMI mais elle pourrait ouvrir une possible boîte de Pandore en révélant aux pays emprunteurs qu’un report est légalement envisageable.

D’où la Grèce tire-t-elle cette connaissance quasi-encyclopédique ? De ses conseillers de la banque Lazard ? De son représentant à l’institution ? Nul ne semble le savoir à Washington.

Mais la question ne cesse d’intriguer alors qu’une nouvelle échéance, et pourquoi pas un nouveau tour de passe-passe, approche: Athènes doit rembourser 455 millions d’euros au FMI d’ici au 13 juillet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s