Syriza gives a masterful lesson in democracy to the world

 

 

unnamedb

 

Mondialisation.ca, 4 juillet 2015

De Daniel Vanhove

This email was sent to ainhoa.aristizabal@gmail.com

English version:

Every citizen somewhat responsible and properly informed – implying sources other than the mainstream media and their programming stultifying – present times and future look bleak. Whether in the economic, social, environmental, cultural, security, educational, etc … And in the continuous flow of information that intersect and often collide, nothing more complicated than trying to sort out fact from false, to try to find out where is the world going and what our tomorrows will be made, and those of our children …

In these times of generalized terror – which owe nothing to chance but are carefully maintained by some who derive profits, even at the highest level [just remember the charade that has surrounded the Charlie-Hebdo events early in the year and the way in which power has recovered to get things done quickly, laws increasingly draconian] – about everything and often nothing is put the citizen and continuously maintained under stress, which paralyzes the and prevents it from having a clear reflection that can be developed with a certain retreat from the contingencies that beset on all sides.

By stopping there, one realizes that the situation in which we find ourselves is not based on any fatality, but rather is the result of decisions taken mostly by political powers. These powers more often in collusion with the world of industrial power, major media they largely control, high finance, the global oligarchy. The result is a general impoverishment of the political thing – which leads to bad decisions for the people in the majority of cases [take any subject, you will see] – the personal enrichment of the benefit of those who flock to access these privileged spheres where everything currency … When the current Minister of Economy E. Macron wanted to have in France many young people eager to become billionaires, he could complete his sentence and advise them a political career … except it is mostly at the expense of learning, of knowledge, of culture, competence, and it is this generalized impoverishment of the political world that has more other objective than to stay in power companies resulting in the impasse that we see today …

Worse, it seems a constant, whatever the country, the continent, the regime, culture, with few exceptions, but almost nobody is talking … Therefore, wherever the gaze falls, the responsibility of politicians in the world of drift is overwhelming!

In Europe today, the citizens attending stunned to severance in good standing of a country caught in the teeth of predators. The hydra called “Troika” (IMF-ECB-EU) has constantly maintain the Greek people’s head under water, while declaring itself ready to “resume dialogue and help (!) The country.” The hypocrisy and cynicism of the ruling class is at its peak. Deceitful communiqués addressed to the general public go in the diametrically opposite to the facts. Thus securities of that gutter press in recent days, using a tendentious vocabulary and dependents, A. Tsipras accused of “unsheathe the referendum weapon” … Who has “unsheathed” the first “weapon” of blackmail and ultimatum A. Tsipras has rightly emphasized the illegality in the eyes of the Rules and the European Treaties? Or the statements of various officials, such as that of J-Cl. Juncker President of the Commission, stating that the “NO” in the referendum “would mean that the Greeks say no to Europe”, while the government led by Syriza simply want another Europe than the one that puts people at the knees for benefit of a few, and which one also sees the failure down the line without even properly evaluate this creates deep fractures in populations put in permanent competition … Or that the German Minister Steinmeier accusing A. Tsipras to “take the Greek people hostage” … when the 1st Greek Minister did exactly the opposite, turning to his people, to be sure to always be the authorized representative. How long must we endure this authoritarianism which no longer represents the aspiration of all peoples in the European dream? How long will it take to accept being relegated to the sidelines by those who themselves do not stop to refill the word “democracy” they emptied of its essence? Those hope to keep us in fear to keep us from reacting, support the decisions of Syriza and its alternative to resist the diktats of the Troika iniquitous and its sycophants?

The times are serious. These behaviors political staff doubled media slobs actually endanger the very principles of a true democracy in which most of these satraps claim. But they trample without scruple. Has it not seen recently, Minister Valls 1 – gôôôche of it seems! – Ask for a moment of reflection in memory of Parliament Ch Pasqua proved mafia whose files were piled over the years, but has always come out of a Justice whose black holes when it’s known. ‘This political staff? And should reconsider the number of cases where the name behind Sarkozy … whimsical character, unscrupulous who, while drunk shame, dared to imagine before the voters by the shortcomings of a system that allows, while at least misstep, an elected mandate should be banned for life? And so on …

And this is probably what leads to excesses of growing we attend. The concerns of these people are no longer any doubt: they do not want in any case that the Greek case makes oil stain and spread to other European countries including Spain and the Podemos party soon. The challenges are of a different weight than the Greek case. Creditors must shudder deal with this eventuality. The banking system already shaking. And the crisis that would follow would be a nightmare worse than that of US subprime mortgages. Those are perhaps beginning to understand that people do not allow themselves to be manipulated by the nose and want to take back their right to look into the prospect of another Europe, which would deprive them of their shameless privileges. I noted recently absolutely indecent salary Lagarde. – Always Charged in different folders – patron of the IMF, paid it seems, according to his skills and high responsibilities. This did not prevent the leaders of the small Syriza party to take the IMF against the foot and surprised by their knowledge of the workings and texts of the sacred institution, these arrogant officials, by opposing two clauses rarely used ( see : http://www.lalibre.be/economie/actualite/quand-la-grece-maitrise-mieux-les-regles-du-fmi-que-le-fmi-lui-meme-5594d9b83570e4598cb01bf4 ).

The “Greek case” For these financial raptors, a laboratory where it is to see how far we can put a kneeling people. And if it works, the formula will be applied to all European states. Why it is absolutely necessary that the Greek people follow those he brought to power by voting “NO” during Sunday’s referendum. And contrary to what some would have us believe, the Greek government gives the world a masterly lesson in democracy, reminding us in passing that it is the cause and does not intend to demean the meaning and empty the its contents as some technocrats employ it with great zeal …

 

Daniel Vanhove : Observateur civil. Auteur :

« Si vous détruisez nos maisons, vous ne détruirez pas nos âmes » – 2005 – Ed. M. Pietteur

« La Démocratie Mensonge » – 2008 – Ed. M. Pietteur

Posted by Ainhoa Aristizabal

Copyright © 2015 Mondialisation.ca

Syriza donne une leçon magistrale de démocratie au monde

unnamedb

Mondialisation.ca, 4 juillet 2015

De Daniel Vanhove

This email was sent to ainhoa.aristizabal@gmail.com by newsletter@globalresearch.ca |  

Pour tout citoyen quelque peu responsable et correctement informé – ce qui suppose d’autres sources que les médias dominants et leur programmation abrutissante – les temps présents et à venir paraissent sombres. Que ce soit en matière économique, sociale, environnementale, culturelle, sécuritaire, éducationnelle, etc… Et dans le flot continu d’informations qui se croisent et souvent s’entrechoquent, rien de plus compliqué que de tenter de démêler le vrai du faux, pour essayer de savoir où va le monde et de quoi seront faits nos lendemains, et ceux de nos enfants…

En ces temps de terreurs généralisées – qui ne doivent rien au hasard mais sont soigneusement entretenues par certains qui en tirent profits, même au plus haut niveau [ il suffit de se rappeler la mascarade qui a entouré les évènements de Charlie-Hebdo en début d’année et la manière dont le pouvoir a récupéré les choses pour faire passer vite fait, des lois de plus en plus liberticides ] – à propos de tout et souvent de rien, le citoyen est mis et maintenu en permanence en état de stress qui le tétanise et l’empêche ainsi d’avoir une réflexion claire qui ne peut s’élaborer qu’avec un certain recul par rapport aux contingences qui l’assaillent de toutes parts.

En s’y arrêtant, l’on se rend compte que la situation dans laquelle nous nous trouvons ne procède pas d’une quelconque fatalité, mais au contraire, est le résultat de décisions prises la plupart du temps par les pouvoirs politiques. Ces pouvoirs qui sont de plus en plus souvent de connivence avec le monde de la puissance industrielle, des grands médias qu’ils contrôlent largement, de la haute finance, de l’oligarchie planétaire. Il en résulte un appauvrissement généralisé de la chose politique – ce qui induit de mauvaises décisions pour les peuples dans la majorité des dossiers [ prenez n’importe quel sujet, vous verrez ] – au bénéfice de l’enrichissement personnel de ceux qui se pressent pour accéder à ces sphères de privilégiés où tout se monnaie… Quand l’actuel ministre de l’Economie E. Macron souhaitait qu’il y ait en France de nombreux jeunes désireux de devenir milliardaires, il aurait pu compléter sa phrase et leur conseiller une carrière politique… sauf qu’elle se fait la plupart du temps au détriment du savoir, de la connaissance, de la culture, de la compétence, et c’est cet appauvrissement généralisé du monde politique qui n’a plus d’autre objectif que de se maintenir au pouvoir qui entraîne les sociétés dans l’impasse que l’on voit aujourd’hui…

Pire, cela semble une constante, quel que soit le pays, le continent, le régime en place, la culture, à quelques rares exceptions près, mais dont presque personne ne parle… Dès lors, où que le regard se pose, la responsabilité du personnel politique dans la dérive du monde est écrasante !

En Europe aujourd’hui, les citoyens assistent médusés au dépeçage en règle d’un pays pris dans les  crocs de ses prédateurs. L’hydre baptisée « Troïka » (FMI-BCE-UE) n’a de cesse de maintenir le peuple grec la tête sous l’eau, tout en se déclarant prête à « reprendre le dialogue et aider (!) le pays ». L’hypocrisie et le cynisme des classes dirigeantes est à son comble. Des communiqués mensongers  adressés au grand public vont dans le sens diamétralement opposé à la réalité des faits. Ainsi des titres de cette presse de caniveau ces derniers jours, utilisant un vocabulaire tendancieux et à charge, accusant A. Tsipras de « dégainer l’arme du referendum »… Qui a donc « dégainé » le premier « l’arme »  du chantage et de l’ultimatum dont A. Tsipras a  souligné à juste titre l’illégalité aux yeux des Règles et Traités européens ? Ou les déclarations de divers responsables, telle celle de J-Cl. Juncker président de la Commission, déclarant que le « NON » au referendum « signifierait que les Grecs disent NON à l’Europe », alors que le gouvernement mené par Syriza veut tout simplement une autre Europe que celle qui met les peuples à genoux pour le bénéfice de quelques-uns, et dont on voit d’ailleurs l’échec sur toute la ligne sans encore bien évaluer les fractures profondes que cela crée au sein de populations mises en concurrence permanente… Ou encore, celle du ministre allemand Steinmeyer accusant A. Tsipras de « prendre le peuple grec en otage »… quand le 1er ministre grec fait exactement le contraire en se tournant vers son peuple, pour être certain de toujours en être le représentant autorisé. Combien de temps encore devrons-nous subir cet autoritarisme qui ne représente plus du tout l’aspiration des peuples au rêve européen !? Combien de temps nous faudra-t-il accepter d’être relégués dans la marge par ceux-là-mêmes qui n’arrêtent pas de nous servir le mot « démocratie » qu’ils vident de son essence même ? Ceux-là espèrent ainsi nous maintenir dans une peur pour nous empêcher de réagir, de soutenir les décisions de Syriza et de son alternative pour résister aux diktats iniques de cette Troïka et de ses thuriféraires ?

Les temps sont graves. Ces comportements du personnel politique doublé des sagouins médiatiques  mettent réellement en danger les principes même d’une véritable démocratie dont la plupart de ces satrapes se revendiquent. Mais qu’ils piétinent sans le moindre scrupule. N’a-t-on pas vu récemment, le 1er ministre Valls – de gôôôche paraît-il ! – demander un moment de recueillement au Parlement en mémoire de Ch. Pasqua, mafieux avéré dont les dossiers se sont empilés au fil des ans, mais qui s’est toujours sorti d’une Justice dont on sait les trous noirs dès qu’il s’agit du personnel politique !? Et faut-il revenir sur le nombre de dossiers où traîne le nom de Sarkozy… personnage fantasque, sans scrupule qui, tout honte bue, ose se représenter devant les électeurs par les carences d’un système qui le permet, alors qu’au moindre faux pas, un élu devrait être interdit de mandat, à vie !? Et j’en passe…

Et c’est sans doute ce qui mène aux dérives de plus en plus nombreuses auxquelles nous assistons. Les préoccupations de ces gens-là ne font plus aucun doute : ils ne veulent en aucun cas que le dossier grec fasse tache d’huile et se propage à d’autres pays européens dont l’Espagne et le parti Podemos, prochainement. Les enjeux y sont d’un tout autre poids que le dossier grec. Les créanciers doivent frémir face à cette éventualité. Le système bancaire tremble déjà. Et la crise qui s’en suivrait serait un cauchemar pire que celui des subprimes américaines. Ceux-là commencent peut-être à comprendre que les peuples ne se laissent plus mener par le bout du nez et veulent reprendre leur droit de regard  dans la perspective d’une autre Europe, ce qui les priverait de leurs privilèges éhontés. Je relevais dernièrement le salaire absolument indécent de Mme. Lagarde – toujours mise en examen dans différents dossiers – patronne du FMI, payée paraît-il, en fonction de ses compétences et ses hautes responsabilités. Cela n’a pas empêché les responsables du petit parti Syriza de prendre le FMI à contre-pied et de surprendre par leur connaissance des rouages et des textes de la sacro-sainte institution, ces fonctionnaires arrogants, en leur opposant deux clauses peu utilisées (voir : http://www.lalibre.be/economie/actualite/quand-la-grece-maitrise-mieux-les-regles-du-fmi-que-le-fmi-lui-meme-5594d9b83570e4598cb01bf4).

Le « cas grec » est pour ces rapaces financiers, un laboratoire où il s’agit de voir jusqu’où l’on peut mettre un peuple à genoux. Et si cela marche, la formule sera appliquée à l’ensemble des Etats européens. Raison pour laquelle il faut absolument que le peuple grec suive ceux qu’il a portés au pouvoir, en votant « NON » lors du referendum de dimanche prochain. Et contrairement à ce que d’aucuns voudraient faire accroire, le gouvernement grec donne au monde une leçon magistrale de démocratie, nous rappelant au passage qu’elle en est à l’origine et n’entend pas en galvauder le sens  et le vider de son contenu comme certains technocrates s’y emploient avec beaucoup de zèle…

Daniel Vanhove : Observateur civil. Auteur :

« Si vous détruisez nos maisons, vous ne détruirez pas nos âmes » – 2005 – Ed. M. Pietteur

« La Démocratie Mensonge » – 2008 – Ed. M. Pietteur

Posted by Ainhoa Aristizabal

Copyright © 2015 Mondialisation.ca